Séminaire. Espaces en mouvement : anthropologie du Sahara, 2020-2021

Si le Sahara n’est plus considéré comme une simple marge intérieure du continent africain, son étude n’en demeure pas moins fragmentée, encore fréquemment reléguée à la marge des études africaines et maghrébines. Or, les évènements actuels, du renouveau des grands courants commerciaux et migratoires aux conflits armés qui recrutent leur personnel, équipement et motivations à l’échelle régionale, montre clairement que le Sahara contemporain fonctionne comme une région dont les différentes parties sont intimement liées entre elles. Ce séminaire interroge les différents aspects de ces connexions, de la gestion des ressources naturelles aux institutions et imaginaires politiques et religieuses, en passant par le commerce, la mobilité, et les relations de parenté. (suite…)

Ramakech : regards croisés sur « l’art contemporain arabe ». Marion Slitine à la Fondation Camargo, janv.-fév. 2021

Ramakech : regards croisés sur « l’art contemporain arabe ». Marion Slitine à la Fondation Camargo, janv.-fév. 2021

Marion Slitine a rejoint le Centre Norbert Elias en décembre 2020 pour mener un projet postdoctoral intitulé « Créativités urbaines au Proche-Orient : une ethnographie comparée de l’art dans l’espace public » (EHESS/Mucem). Dans la continuité sa thèse en anthropologie, ce projet comparatif s’intéresse au « faire art » dans l’espace public, dans plusieurs villes du Proche-Orient et à la manière dont les pratiques artistiques reformulent les « lieux du politique » dans un contexte de mobilisations contestataires. (suite…)

Séminaire « La mine, une affaire d’État ? ». 2020-2021

Séminaire « La mine, une affaire d’État ? ». 2020-2021

La mine, c’est-à-dire le vaste champ des exploitations minières et des phénomènes sociaux, économiques, politiques, culturels qui leur sont associés, constitue un objet scientifique large qui suscite ces dernières années un intérêt renouvelé de la part des sciences sociales. Mais, si différentes disciplines s’attachent à la mine, elles l’ont fait jusqu’à présent chacune de leur côté, avec des points de vue et des terrains assez différents. Cette fragmentation des études minières présente l’inconvénient de laisser persister des points aveugles et d’empêcher le renouvellement de toute une série de questionnements. (suite…)