Jean-Baptiste Verot

Histoire
Doctorant (Avignon Université)

jean-baptiste.verot@alumni.univ-avignon.fr

 

Doctorat

Thèse en histoire en préparation depuis 2017 sous la direction de Stéphane Durand.

Titre de la thèse
L’arbre d’or et l’économie politique. Histoire de la culture du mûrier en France à l’époque moderne.

Résumé de la thèse
L’histoire de la culture du mûrier et des encouragements étatiques à son développement permet d’analyser concrètement la construction de l’économie politique. Elle illustre le processus de croissance et de perfectionnement des savoirs et des outils dont se dote l’État royal pour orienter les activités productives de la population. Considérant le royaume de France et ses colonies ainsi que le Comtat Venaissin dans la durée des trois siècles de l’époque moderne, mes recherches sont organisées autour de trois axes : l’étude des dispositifs étatiques destinés à développer la culture du mûrier, le rôle déterminant du « ménage des champs » et de l’agronomie naissante en faveur de cette véritable politique économique, et enfin les conditions et conséquences concrètes du développement d’une culture éminemment spéculative dans les territoires et les sociétés rurales les plus concernés, les Cévennes méridionales faisant l’objet d’une attention particulière.

Mots-clefs
mûriers, soie, politique économique, agronomie

 

Communications

2018, « Les « entrepreneurs du plant des mûriers  » sous Henri IV : histoire d’un échec  » , dans le cadre de la journée d’étude « Être en affaire avec l’État. Entrepreneurs et marchés publics en France du XVIIe siècle au début du XXe siècle » , 13-14 juin, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse.

2018, « Barthélemy de Laffemas, les mûriers et l’émergence de l’économie politique sous Henri IV » , dans le cadre du colloque « Protectionnisme, libre-échange, compétitivité et développement économique : Quelle réalité ? », 6-7 septembre, Conservatoire national des arts et métiers.