Appel à communications pour la journée d’étude « Familles et parenté face aux bouleversements environnementaux : mutations et résistances ? » qui se tiendra au Centre Norbert Elias à Marseille le 5 juin 2023 sous la coordination scientifique de Pierre-Yves Wauthier (Centre Norbert Elias/EHESS).

Dans plusieurs régions du monde, des changements environnementaux affectent les conditions de vie des populations. En réponse à ces changements, les politiques environnementales présagent de profondes évolutions de nos modes d’existence. Cette journée se propose d’articuler les questions soulevées par ces mutations au champ de la famille et de la parenté : en quoi ces transformations contribuent-elles ou pourraient-elles contribuer à modifier les modes de vie familiale et/ou l’exercice des fonctions associées à la parenté ? La journée d’étude se tiendra le 5 juin 2023 au Centre Norbert Elias à Marseille. Elle est ouverte aux chercheur.e.s en sciences sociales intéressé.e.s par ces questions, afin de constituer un état des savoirs et un réseau de travail.

Date limite pour transmettre vos propositions : dimanche 29 janvier 2023

Argumentaire

Depuis la publicisation d’observations mesurées du réchauffement climatique et de la réduction de la biodiversité par des organes d’alerte scientifiques (GIEC, IPBES…), des instances politiques agissant aux niveaux macro et mésosocial (de l’ONU à l’association de quartier) ont pris nouvellement conscience que faire société repose à la fois sur des nécessités biologiques et des contraintes socialement instituées. Le « Pacte Vert » européen, un New Green Deal (Rifkin, 2019) et des « politiques environnementales » nationales et régionales ambitionnent de « transformer notre économie et nos sociétés » (Commission_européenne, en ligne s.d.) en vue de limiter l’impact des activités humaines sur l’environnement et d’adapter nos modes de vie à de nouvelles conditions environnementales (Guivarch, 2021). En pratique, les politiques envisagées concernent les secteurs de l’énergie et de l’industrie, de l’agriculture, de la gestion des territoires, du bâti (résidentiel et tertiaire), de la mobilité et de la consommation (biens et services).

L’exercice de la parenté (Héritier, 2019 [1981]) se situe également à la croisée de nécessités biologiques et des contraintes socialement instituées (Lévi-Strauss, 1986). Faire famille associe des questions de reproduction humaine à des manières de se solidariser, d’opérer des réciprocités et de transmettre des ressources matérielles et symboliques entre personnes qui se pensent comme des familles ou agissent en famille (Morgan, 2011 ; Weber, 2005, 2013). Segalen (1980) ou encore Goody (2000) ont déjà montré comment les transformations des secteurs de l’énergie et de l’industrie, de l’agriculture, de la gestion des territoires, du bâti (résidentiel et tertiaire), de la mobilité et de la consommation (biens et services) et du travail ont modifié la famille, en particulier au fil de la révolution industrielle. Plus généralement, l’histoire (e.g. Ariès, 1962), l’ethnologie (e.g. Godelier, 2004), la démographie (e.g. Lesthaeghe, 2011 ; Oris, 2003) et la sociologie (e.g. Segalen & Martial, 2019) ont mis en évidence par quels processus et dans quelles mesures, les continuités et changements du fait familial sont tributaires des évolutions du rapport qu’une société entretient à son environnement (Boudjaaba & Arrizabalaga, 2015 ; Godelier, 2004, ch. 1 ; Wauthier, 2022, ch. 1).

Le nouveau contexte environnemental constitue une hétérotopie de crise, propice à de nouvelles manières de se solidariser, d’organiser des réciprocités ou de transmettre. Dans cet entrelacs de conditions mouvantes se dessinent des parcours de vie (Hareven, 1978) mus par l’adhésion à des causes écologiques, la solastalgie ou l’éco-anxiété. Certains individus hésitent à faire des enfants (Dubus & Knibiehler, 2020 ; Iverson, Lindsay, & MacInnis, 2020) ; d’autres, animés par une vision plus ou moins positive du futur, se rassemblent en petites communautés néorurales ou se regroupent en habitats partagés en milieu urbain… Dans diverses parties du monde, l’adaptation des populations locales aux transformations de leur environnement a directement affecté des pratiques familiales, manifestant parfois une déstructuration des logiques traditionnelles de genre et de génération (Albrecht, 2005 ; Clavel, Guétat-Bernard, & Verger, 2022 ; Godelier, 2004).

Les évolutions du climat et de l’environnement (et les manières de les gérer) ont engendré, engendrent, et continueront probablement d’engendrer, une variété de terrains propices pour comprendre les processus de mutation et de reproduction des sociétés et des groupes sociaux (Crate & Nuttall, 2016 ; Izdebski & Mulryan, 2019) ; processus parmi lesquels la famille joue un rôle clé en tant qu’instance de reproduction biologique et sociale (Godelier, 2007), mais aussi en tant que lieu disruptif et d’agencements pratiques (Anne Attané, 2006 ; Crate, 2006 ; Martial, 2003, 2021 ; Wauthier, 2022 ; Weber, 2013).

 

Catégories de contributions attendues

Cet appel est ouvert à tous travaux en sciences sociales (histoire, géographie, sociologie, ethnologie, etc.) sans restriction méthodologique, concernant les continuités et changements de la famille face aux adaptations aux changements environnementaux ou aux limitations des impacts anthropogéniques sur l’environnement, pour tout territoire ou toute période, susceptibles de nourrir la compréhension des effets de la crise environnementale sur les manières de remplir les fonctions socialement attribuées à la famille.
Il peut s’agir de travaux concernant tous domaines de la parenté ou de la famille : formes de résidence, filiation, transmission, parentalité, solidarités alimentaires et énergétiques, soins intergénérationnels, reproduction, sexualité, attachement, économie domestique, rapports de genre, identité, terminologie de parenté et identité…
Ces thématiques s’articuleront à des questions environnementales (limitations des altérations anthropogéniques de l’environnement ou adaptations aux nouvelles conditions de vie), par exemple dans les domaines suivants (non exhaustif) :

Logement : Habitats groupés versus dispersion géographique des familles : famille entourage (Bonvalet, 2003), réseaux affinitaires (E. D. Widmer & La Farga, 2016)

Énergie : Frugalités, précarités ou adaptations des ménages (Bartiaux & Reátegui Salmón, 2014 ; Hirt, Sahakian, & Trutnevyte, 2022)

Mobilité : Motilité des personnes et des biens (Fisch-Romito & Guivarch, 2019), promotion de la mobilité douce, pénurie de carburant et jeux de distanciations et de rapprochements entre membres d’une même famille (Kaufmann, Bergman, & Joye, 2004 ; Kaufmann & Widmer, 2005)

Économie domestique, patrimoine, dettes et revenus (Anne Attané, Langewiesche, & Pourcel, 2004; Ekers & Levkoe, 2016; Knight, 2018; Matschoss et al., 2021) ; nouvelles articulations travail/famille liées à l’économie du partage, de plateforme, du recyclage, du télétravail… (Rifkin, 2019) ; hétérotopies familiales liées à de nouveaux modes de production ou de consommation (souveraineté économique, localisme vs globalisme, commerce, don et transmission, gestion de l’eau et des communs…)

Territoire : Modifications anthropogéniques de l’environnement et des conditions de vie (Bureau-Point, 2021), émigration écologique, genres et générations (Cliggett, 2005), souverainetés agraire et alimentaire, gestion des communs (Ingold, 2018), urbanisme vert, politiques de réserves naturelles (Elie, 2017) ; permaculture (Centemeri, 2019) ; lutte contre l’étalement urbain (Hanin & al., 2021), protection de la biodiversité et de puits de carbone

Alimentation : Production, partage et consommation de nourriture, circuit court… (Anne Attané, 2002 ; Clavel et al., 2022 ; Consalès, Guiraud, & Siniscalchi, 2022 ; Siniscalchi, 2019 ; Snikersproge, 2022).

Numérisation des rapports sociaux : ce que le distanciel ou la résistance au numérique font aux liens familiaux intergénérations, et à la conjugalité (Bergström, 2019; Marquet & Janssen, 2012; Neyrand, 2015)

Expériences communautaires : Collectivités décroissantes, survivalistes ou effondristes (Allard, Monnin, & Tasset, 2019)…

Santé : Gestions de pandémies (confinements des familles, protection des personnes à risque, redéploiement du travail du care…) (Lambert & Cayouette-Remblière, 2021)

Mouvements politiques, philosophies et visions (positives ou négatives) du futur : Ecoféminisme (Pruvost, 2021), décroissance, développement durable, effondrisme, capitalisme vert…

Des contributions méthodologiques discutant la difficulté à produire des connaissances à la croisée de différentes disciplines sont également bienvenues (Izdebski et al., 2016).

 

Comité scientifique

Eve Bureau-Point (Centre Norbert Elias/CNRS)
Laura Centemeri (Centre d’étude sur les mouvements sociaux/EHESS)
Natacha Collomb (Centre Norbert Elias/CNRS)
Agnès Martial (Centre Norbert Elias/CNRS)
Valeria Siniscalchi (Centre Norbert Elias/EHESS)
Pierre-Yves Wauthier (Centre Norbert Elias/EHESS)
Florence Weber (Centre Maurice Halbwachs/ENS)

 

Modalités de participation

La journée d’étude se tiendra à Marseille le 5 juin 2023.
Les propositions de communication sont à envoyer à pierre-yves.wauthier@ehess.fr au plus tard le 29 janvier 2023.
Les chercheur·es souhaitant contribuer sont prié·es d’envoyer un résumé d’environ 250 à 300 mots de leur contribution, en français ou en anglais. Ce résumé inclut comportera une courte bibliographie, une présentation claire des matériaux de recherche, 3 à 5 mots-clés, une note biographique (incluant un rattachement institutionnel et disciplinaire) ainsi que des coordonnées de contact les nom et prénom, pronom et adresse mail des communicant·e·s.
Après évaluation du comité organisateur, les résultats de la sélection des contributions seront diffusés vers le 28 février 2023.

 

Bibliographie non exhaustive

Albrecht, G. (2005). ‘Solastalgia’. A New Concept in Health and Identity. PAN Philosophy Activism Nature, 3, 41–55. doi:10.3316/informit.897723015186456

Allard, L., Monnin, A., & Tasset, C. (2019). Est-il trop tard pour l’effondrement ? Multitudes, n°76(3). doi:10.3917/mult.076.0053

Ariès, P. (1962). Centuries of Childhood? A Social History of Family Life. New York: Random House.

Attané, A. (2002). Pêcher, courir, trier ses déchets… pratiques de l’environnement ou rapport aux autres. Ethnographie comparée des pratiques de l’environnement dans deux villes françaises (Cherbourg et Martigues). Europeae, 1(2), 261-282.

Attané, A. (2006). Le mariage : indicateur et producteur du changement social au Burkina Faso. Paper presented at the Stratégies de population et stratégies de développement : convergences ou divergences ?, Dakar.

Attané, A., Langewiesche, K., & Pourcel, F. (2004). Néoruraux. Vivre autrement. Expériences néo-rurales en pays de Forcalquier. Enquête ethnologique et photographique. Manosque: Le Bec en l’Air éditions.

Bartiaux, F., & Reátegui Salmón, L. (2014). Family Dynamics and Social Practice Theories: An Investigation of Daily Practices Related to Food, Mobility, Energy Consumption, and Tourism. Nature and Culture, 9(2), 204-224. doi:10.3167/nc.2014.090206

Bergström, M. (2019). Les nouvelles lois de l’amour. Sexualité, couple et rencontres au temps du numérique. Paris: La découverte.

Bonvalet, C. (2003). La famille-entourage locale. Population, 58(1), 9-43. doi:10.2307/3271293

Boudjaaba, F., & Arrizabalaga, M.-P. (2015). Les systèmes familiaux. De la cartographie des modes d’héritage aux dynamiques de la reproduction familiale et sociale. Annales de démographie historique, 129(1), 165-199. doi:10.3917/adh.129.0165

Bureau-Point, E. (2021). Pesticides et récits de crise dans le monde paysan cambodgien. Anthropologie et Santé, (22). doi:10.4000/anthropologiesante.9054

Centemeri, L. (2019). La permaculture ou l’art de réhabiter. Versailles: Editions Quae.

Clavel, D., Guétat-Bernard, H., & Verger, É. (2022). Des céréales locales pour la transition climatique et alimentaire. Pratiques paysannes et pratiques féminines sur les sorghos et les mils du Sahel sénégalais au Deccan indien. VertigO(Volume 22 numéro 1). doi:10.4000/vertigo.35118

Cliggett, L. (2005). Grains from Grass: aging, gender and famine in rural Africa. Ithaca, NY: Cornell University Press.

Commission_européenne. (en ligne s.d.). Mettre en œuvre le pacte vert pour l’Europe. Commission européenne Retrieved from https://ec.europa.eu/info/strategy/priorities-2019-2024/european-green-deal/delivering-european-green-deal_fr

Consalès, J.-N., Guiraud, N., & Siniscalchi, V. (2022). Les expériences du « local ». Variations et tensions autour de l’alimentation locale dans la région marseillaise. Natures Sciences Sociétés, 30(1), 58-71. doi:10.1051/nss/2022019

Crate, S. A. (2006). Cows, Kin, and Globalization. An Ethnography of Sustainability: Altamira Press.

Crate, S. A., & Nuttall, M. (2016). Anthropology and Climate Change: From Actions to Transformations. New York: Routledge.

Dubus, Z., & Knibiehler, Y. (2020). La non-parentalité au XXIe siècle : étude des childfree. In A.-S. Crosetti & V. Piette (Eds.), No children, no cry (Vol. 36, pp. 191-209). Bruxelles: Éditions de l’Université de Bruxelles.

Ekers, M., & Levkoe, C. (2016). Transformations in Agricultural Non-waged Work: From Kinship to Intern and Volunteer Labor: A Research Brief. Journal of Agriculture, Food Systems, and Community Development, 1-5. doi:10.5304/jafscd.2016.062.010

Elie, S. D. (2017). Ecological primordialism: the human–environment nexus in Soqotra. GeoJournal, 83(5), 897-913. doi:10.1007/s10708-017-9810-y

Fisch-Romito, V., & Guivarch, C. (2019). Transportation infrastructures in a low carbon world: An evaluation of investment needs and their determinants. Transportation Research Part D: Transport and Environment, 72, 203-219. doi:10.1016/j.trd.2019.04.014

Godelier, M. (2004). Métamorphoses de la parenté. Paris: Fayard.

Godelier, M. (2007). Au fondement des sociétés humaines. Ce que nous apprend l’anthropologie. Paris: Albin Michel.

Goody, J. (2000). The European Family: An Historico-Anthropological Essay. Oxford: Blackwell Publishers Ltd.

Guégan, J.-F., Ayouba, A., Cappelle, J., & de Thoisy, B. (2020). Forests and emerging infectious diseases: unleashing the beast within. Environmental Research Letters, 15(8). doi:10.1088/1748-9326/ab8dd7

Guivarch, C. (2021). Quelles transformations pour l’atténuation du changement climatique ? Des trajectoires d’émissions mondiales à la trajectoire française. Comptes Rendus. Géoscience, 352(4-5), 309-317. doi:10.5802/crgeos.23

Hanin, Y., & al., e. (2021). La production de logements à l’échelle régionale. Tendances et perspectives. Retrieved from Région Wallonne:

Hareven, T. H. E. (1978). Transition: The Family and the Life Course in Historical Perspective (T. H. Hareven Ed.). New York: Academic Press.

Héritier, F. (2019 [1981]). L’Exercice de la parenté. Paris: Seuil.

Hirt, L. F., Sahakian, M., & Trutnevyte, E. (2022). What subnational imaginaries for solar PV? The case of the Swiss energy transition. Technology in Society, 71. doi:10.1016/j.techsoc.2022.102068

Ingold, A. (2018). Commons and Environmental Regulation in History: The Water Commons Beyond Property and Sovereignty. Theoretical Inquiries in Law, 19(2), 425-456. doi:10.1515/til-2018-0023

Iverson, H., Lindsay, B., & MacInnis, C. C. (2020). You don’t want kids?!: Exploring evaluations of those without children. J Soc Psychol, 160(5), 719-733. doi:10.1080/00224545.2020.1742080

Izdebski, A., Holmgren, K., Weiberg, E., Stocker, S. R., Büntgen, U., Florenzano, A., . . . Xoplaki, E. (2016). Realising consilience: How better communication between archaeologists, historians and natural scientists can transform the study of past climate change in the Mediterranean. Quaternary Science Reviews, 136, 5-22. doi:10.1016/j.quascirev.2015.10.038

Izdebski, A., & Mulryan, M. d. (2019). Environment and Society in the Long Late Antiquity. Leyde: Brill.

Kaufmann, V., Bergman, M. M., & Joye, D. (2004). Motility: mobility as capital. International Journal of Urban and Regional Research, 28(4), 745-756. doi:10.1111/j.0309-1317.2004.00549.x

Kaufmann, V., & Widmer, É. D. (2005). L’acquisition de la motilité au sein des familles. Espaces et sociétés, 120-121(2), 199. doi:10.3917/esp.120.0199

Knight, D. M. (2018). The desire for disinheritance in austerity Greece. Focaal, 2018(80), 30-42. doi:10.3167/fcl.2018.800103

Lambert, A., & Cayouette-Remblière, J. (2021). L’explosion des inégalités. Classes, genre et générations face à la crise sanitaire. Paris: Editions de l’Aube.

Lesthaeghe, R. (2011). The « second demographic transition »: a conceptual map for the understanding of late modern demographic developments in fertility and family formation. Historical Social Research, 36(2), 179-218. doi:doi.org/10.12759/hsr.36.2011.2.179-218

Lévi-Strauss, C. (1986). Préface. In A. Burguière, C. Klapisch-Zuber, M. Segalen, & F. Zonabend (Eds.), Histoire de la famille (Vol. 1, pp. 9-13). Paris: Armand Colin.

Marquet, J., & Janssen, C. d. (2012). Lien social et internet dans l’espace privé. Louvain-la-Neuve: Academia/L’Harmattan.

Martial, A. (2003). S’apparenter. Ethnologie des liens de familles recomposées. Paris: Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme.

Martial, A. (2021). Les trois temps des pluriparentalités en France. Une analyse de travaux empiriques contemporains. Revue des politiques sociales et familiales, 139-140(2-3), 89-97. doi:10.3917/rpsf.139.0089

Matschoss, K., Fahy, F., Rau, H., Backhaus, J., Goggins, G., Grealis, E., . . . Vasseur, V. (2021). Challenging practices: experiences from community and individual living lab approaches. Sustainability: Science, Practice and Policy, 17(1), 135-151. doi:10.1080/15487733.2021.1902062

Morgan, D. (2011). Rethinking family practices. Hampshire: Palgrave McMillan.

Neyrand, G. (2015). L’impact conjugal du virtuel. Éclatement des façons de faire couple à l’heure d’Internet. Dialogue, 210(4), 59-70. doi:10.3917/dia.210.0059

Oris, M. (2003). The history of migration as a chapter in the history of the European rural family: An overview. The History of the Family, 8(2), 187-215. doi:10.1016/s1081-602x(03)00026-5

Pruvost, G. (2021). Quotidien politique. Féminisme, écologie et subsistance. Paris: La Découverte.

Rifkin, J. (2019). Le New Deal vert mondial. Pourquoi la civilisation fossile va s’effondrer d’ici 2028 – Le plan économique pour sauver la vie sur Terre. Paris: Les liens qui libèrent.

Segalen, M. (1980). Mari et femme dans la société paysanne. Paris: Flammarion.

Segalen, M., & Martial, A. (2019). Sociologie de la famille. Paris: Armand Colin.

Siniscalchi, V. (2019). Solidarity, calculation, and the economic proximity inside the “vegetable basket” system in the South of France. In V. Siniscalchi & K. Harper (Eds.), Food Values in Europe (pp. 115-131): Bloomsbury Publishing.

Snikersproge, I. (2022). Capitalism, Subsistence Farming, and the (New) Peasantries from the Perspective of the French Neorural Movement. Culture, Agriculture, Food and Environment, 44(1), 53-62. doi:10.1111/cuag.12290

Wauthier, P.-Y. (2022). Faire famille sans faire couple. Comprendre l’hétérogénéisation des parcours familiaux (Vol. 36). Bern: Peter Lang.

Weber, F. (2005). Le sang, le nom, le quotidien : une sociologie de la parenté pratique. Paris: Éditions Aux lieux d’être.

Weber, F. (2013). Penser la parenté aujourd’hui. La force du quotidien. Paris: Éditions Rue d’Ulm.

Widmer, E., de Bel, V., Ganjour, O., Girardin, M., & Zufferey, M.-E. (2020). Dynamiques familiales et COVID-19. Réactions à la période de confinement. In F. Gamba, M. Nardone, T. Ricciardi, & S. Cattacin (Eds.), COVID-19. Le regard des sciences sociales (pp. 159-178). Genève et Zurich: Seismo.

Widmer, E. D., & La Farga, L.-A. (2016). Family Networks: A Sociometric Method to Study Relationships in Families. Field Methods, 12(2), 108-128. doi:10.1177/1525822×0001200202