Marion Parisis

Doctorante, Avignon Université

 

Sciences de l’Information et de la Communication
Environnements virtuels
Technologies numériques et médiation humaine
Médiation scientifique dans les planétariums

 

Thématique CNE
Culture : processus et formes

 

marion.parisis@alumni.univ-avignon.fr

 

Doctorat

Thèse en préparation depuis 2021, sous la direction de Eric Triquet.
Financement : CIFRE (Convention Industrielle de Formation par la Recherche).
Entreprise d’accueil : RSA Cosmos – Société qui développe un logiciel pour planétarium (SkyExplorer).

Titre du projet de thèse
Environnements virtuels, technologies numériques et médiation humaine. Nouvelles potentialités de médiation scientifique dans les planétariums, vers une formation des médiateurs.

Résumé du projet de thèse
Plus de 4 000 planétariums fixes et mobiles sont aujourd’hui implantés dans le monde (Wendling et Mathieu, 2017). Depuis les années 1980, ces structures connaissent une évolution technologique effrénée avec la montée en puissance du numérique et notamment l’arrivée des environnements virtuels (Firebrace, 2017).
Affectant à la fois la nature des séances proposées et les contenus scientifiques abordés, c’est toute la profession des médiateurs des planétariums qui connaît un changement radical de son environnement de travail. Par conséquent, le rythme rapide des évolutions technologiques engendre, chez les médiateurs, des difficultés à s’approprier et à exploiter toutes les potentialités de médiation permises par ces nouveaux outils.
Les sociétés qui fournissent les nouveaux systèmes numériques pour planétariums observent ce phénomène et mettent en place des actions (formations, workshops) pour accompagner les professionnels dans ces évolutions. RSA COSMOS – structure d’accueil de la thèse – fait partie de ces sociétés. Néanmoins, l’offre en formation se révèle insuffisante pour permettre aux médiateurs d’appréhender les potentialités de médiation scientifique.
L’objectif de cette thèse est donc de porter un éclairage réflexif sur les conditions, formes et enjeux d’une telle médiation scientifique en prise avec le développement des technologies du numérique. Il s’agit de comprendre dans quelle mesure l’instance de médiation humaine peut être en capacité d’intégrer les nombreuses innovations qui se font jour dans une double perspective : dynamiser sa relation avec les publics ; optimiser le rapport de ces derniers aux savoirs mis en scène.

 

Parcours professionnel

2019 : assistante de recherche sur un projet de la thématique « Culture : processus et formes » du Centre Norbert Elias : REP (Étude de l’HistoPad du Palais des papes : caractérisation des usages et recommandations).

2018 : soutenance d’un mémoire de recherche de master 2 intitulé « Les trous noirs se montrent en public. Une adaptation des images et des discours ». Culture et Communication – Médiations, Musées, Patrimoines (Avignon Université).

 

Publications

TRIQUET (ERIC) et PARISIS (Marion). 2021. « La Fête de la science, entre promotion de la science et partage des savoirs ». In : La Lettre de l’OCIM, n° 197, pp.78-83.

PARISIS (Marion). 2019. « Trous noirs. De l’image scientifique à l’image de médiation ». In : La Lettre de l’OCIM, n°186, pp.28-35.
URL : https://journals.openedition.org/ocim/3432