Depuis dix ans ce séminaire aborde les problématiques portées par de nombreux acteurs autour de l’environnement, de la nature, du développement durable et de la biodiversité, en faisant travailler de concert différentes disciplines : la sociologie (Francis Chateauraynaud, Jean-Michel Fourniau, Suzanne de Cheveigné, Laura Centemeri), l’écologie (Bernard Hubert) et l’anthropologie (Valeria Siniscalchi). Tout en traitant des multiples dimensions des questions environnementales, il a permis d’opérer un retour critique sur les théories et les cadres d’analyse en privilégiant une logique d’enquête réflexive et ouverte, tant les objets en cause se révèlent irréductibles. Qu’il s’agisse de mouvements sociaux autour de conflits environnementaux, d’expérimentations visant l’autonomie (ZAD) ou des alternatives écologiques (circuits courts, agricultures biologiques, formes de permaculture, coopératives énergétiques, recréations d’écosystèmes, etc), de politiques de conservation de la biodiversité, de processus de recherche et d’expertise face au changement climatique, les causes environnementales sont à la croisée de plusieurs dimensions de la vie sociale. Un des avantages du point de vue pluridisciplinaire a été de contraindre à l’explicitation de notions utilisées comme autant de passeurs ou de médiateurs conceptuels, alors même qu’elles recouvrent des conceptions différentes, voire antagoniques des rapports entre milieux vivants, sciences et sociétés.

Cette année le séminaire portera plus particulièrement sur l’exploration conjointe des agencements et des compositions entre des expérimentations ou des pratiques « préfiguratrices », explorant la possibilité de nouveaux mondes socio-écologiques et visant à transformer directement les milieux, et des mobilisations, qu’elles proviennent de collectifs locaux ou de dispositifs plus centralisés. Ces agencements engagent souvent les acteurs dans une double expérience mêlant des savoirs et des techniques de lutte, fondés sur la fabrique de contre-expertises ou d’expertises citoyennes, comme sur les questions d’énergie, de climat ou d’alimentation, et des activités situées portées par l’expérience dans le monde sensible. En interrogeant constamment les usages des notions (de local et de global, de milieu et de système, de crise et de régulation), nous prêterons une attention particulière aux processus de transformation par lesquels s’articulent, se superposent ou se confrontent les visions et les constructions, de ce que l’on peut appeler « l’écologie pratique ». Les relations entre les multiples formes de savoirs, des sciences modélisatrices aux expériences de terrain seront au cœur des descriptions et des analyses. Le croisement de plusieurs logiques d’enquête permettra d’explorer l’apport des sciences sociales dans l’appréhension des changements socio-écologiques, toujours saisis sur différentes échelles spatiales et temporelles. En suivant les connexions et les interdépendances entre les sphères d’activité, on réunira plusieurs domaine d’investigation longtemps séparés : les formes de présence des questions écologiques dans les controverses et les débats publics, les enjeux liés aux politiques de régulation et de protection des espaces et des espèces, les problématiques agricoles, énergétiques, sanitaires ainsi que les aspects éducatifs trop souvent délaissés au profit des luttes pour le contrôle de l’information environnementale.

Coordination scientifique
Valeria Siniscalchi, directrice d’études, EHESS / Centre Norbert-Elias (CNE)
Francis Chateauraynaud, directeur d’études, EHESS / Groupe de sociologie pragmatique et réflexive (GSPR)
Laura Centemeri, chargée de recherche, CNRS / Centre d’étude des mouvements sociaux (CEMS)

Infos pratiques
Le séminaire a lieu à l’EHESS Campus Marseille, La Vieille Charité. En raison de la situation sanitaire, vous ne pourrez y accéder sans avoir préalablement écrit aux coordinateurs et reçu une confirmation de leur part.

 

Programme des séances

 

Jeudi 25 mars (10h00-16h30)

 

— 10h00

Introduction au séminaire, Écologies politiques et sciences sociales de l’environnement. Tensions épistémiques et luttes de définitions 
Francis Chateauraynaud (EHESS, GSPR)

Démocratie écologique et formes de délibération 
avec Catherine Larrère (Paris 1 Pantheon Sorbonne), Joëlle Zask (AMU, IHP) et Jean-Michel Fourniau (Université Gustave Eiffel, DEST)

— 14h00

Contestation, mobilisation et radicalisation
avec Sylvaine Bulle (ENSA Paris-Val de Seine) et Jean-Michel Fourniau (Université Gustave Eiffel, DEST)

 
Vendredi 26 mars (10h00-16h30)

 

— 10h00

Ruptures, catastrophes, reconstructions: les désastres en question 
avec Yoann Moreau (Research Institute for Humanity and Nature, Kyoto, IIAC), Cyprien Tasset(Territoires, LCSP Paris Diderot),
Francis Chateauraynaud (EHESS, GSPR) et Laura Centemeri (CNRS, CEMS)

— 14h00

La production des scènes mondiales de l’environnement : changement climatique, sécurité alimentaire, biodiversité
avec Bernard Hubert (EHESS, INRAE, Centre Norbert Elias), Allison Marie Loconto (INRAE LISIS),Sébastien Treyer (IDDRI, Sciences Po)
et Florian Charvolin (CNRS, Centre Max Weber)

 

 
Jeudi 27 mai (10h00-16h30)


MATIN : Traditions scientifiques et bifurcations épistémiques générées par la prise au sérieux des questions environnementales

APRES-MIDI : La nature dans les « paniers »: Des économies « alternatives » aux économies « subversives » 
 
Vendredi 28 mai (10h00-16h30)


MATIN : La conquête de nouveaux terrains: mouvements sociaux et nouvelles scènes de mobilisation. Entrer par le sensible.

APRES-MIDI : Scénarisations des futurs et promesses technologiques : une comparaison des énergies renouvelables et de l’agroécologie