Le principe du séminaire est de faire intervenir deux chercheur·es pour présenter leurs méthodes d’enquêtes, de terrain, d’écriture(s). Il est question ainsi de revenir sur les conditions de production des savoirs, à partir de retours d’expérience très concrets qui mettent en lumière, à chaque étape, les échafaudages du travail de recherche. Il est par ricochet proposé de montrer comment les concepts produits par nos études sur les mondes africains et les diasporas s’actualisent en fonction des reconfigurations des sociétés, comment les méthodologies doivent s’adapter en fonction des terrains et comment le fait de renouveler les approches contribue à d’autres intelligibilités.

Le séminaire s’appuie sur des recherches passées, récentes ou en cours, et offre une opportunité à la réflexivité en parlant d’itinéraires personnels – parcours longs ou façon zoom(s) -, en n’omettant pas les difficultés, les pièges, les culs-de-sac mais aussi la patiente articulation de l’ouvrage ou les surgissantes “trouvailles” auxquels les chercheur.es sont confrontés. Revenir de façon réflexive sur ces adaptations permanentes, aux terrains, aux méthodes, aux pratiques, offre au-delà un regard sur le renouvellement des approches et contribue à d’autres intelligibilités des situations africaines dans le temps et dans l’espace.

A chaque séance, la communication de nos invités issus de disciplines différentes et dont les travaux résonnent entre eux d’une façon ou d’une autre (terrain similaire, méthodologie, problématique, etc.) est suivie d’un débat entre tous les participant.e.s

Ce séminaire est ouvert à tous les étudiant.e.s, de master au doctorat, travaillant ou non sur le continent.

Coordination scientifique
Charles Grémont (IRD/LPED), Céline Lesourd (CNRS/Centre Norbert Elias), Hervé Pennec (CNRS/IMAf), Cécile Van den Avenne (EHESS/IMAf)

 

Programme des séances

 

Toutes les séances se dérouleront de 15h00 à 18h00 dans la salle de réunion du LPED, Université d’Aix-Marseille – Campus Saint-Charles, 2 place Victor Hugo, Marseille 13001.

· Séance 1 “inaugurale” (mercredi 4 janvier 2023 – 15h-18h)
Blancs, Maures, Noirs : la relation coloniale en Mauritanie. De la parole à l’écriture
Sophie Caratini (CNRS/CITERES)
Discutante : Elara Bertho (CNRS/LAM)

· Séance 2 (mercredi 1er février 2023 – 15h-18h)
La langue bambara en tant qu’outil et en tant qu’objet de la recherche en islamologie: enjeux, défis, perspectives
Francesco Zappa (Université La Sapienza)
Des improvisations chargées d’affects: prononcer, recevoir et étudier les bénédictions au café en Islam éthiopien
Eloi Ficquet (EHESS/CESOR)

· Séance 3 (mercredi 8 mars 2023 – 15h-18h)
L’État palestinien : question coloniale, post-coloniale… (Retour sur un livre : « L’État palestinien », Presses de Sciences po, 1999)
Bernard Botiveau (CNRS/IREMAM)
Du legs militaire colonial à la folie des soldats (Sahel, 1950-1980). Formats d’histoire, embûches, échecs ?
Camille Evrard (AMU/IMAf)

· Séance 4 (mercredi 12 avril 2023 – 15h-18h)
Vivre et enquêter auprès d’Ivoiriens installés en Tunisie. Retour sur un terrain de thèse au-delà du paradigme de la « crise migratoire » (2016-2022)
Camille Cassarini (AMU/LPED)
Enquêter sur les femmes en migration et sur le travail irrégulier : ruses, ratés et questions d’éthique
Mélissa Blanchard (CNRS/Centre Norbert Elias)

· Séance 5 (mercredi 10 mai 2023 – 15h-18h)
Pirouette et cacahuète
Sylvie Bredeloup (IRD/LPED)
Sonoriser au fil de son doctorat : échos des pas de côtés
Gilles Balizet (IRD/LPED)
Reprendre la nationale 1 en musique
Jérôme Lombard (IRD/PRODIG)

· Séance 6 (mercredi 7 juin 2023 – 15h-18h)
Travailler sur les femmes juristes en Afrique (début XXe siècle-années ’60): un moyen de repenser les sources et l’histoire du droit ?
Florence Renucci (CNRS/IMAF)
Face aux manques. L’histoire en terrain archivistique lacunaire: Libye, Algérie et Italie
François Dumasy (Sciences-Po-Aix/Mesopolhis)

Photo : Au Bénin, 2008 – Lesourd Céline