Résolument collectifs, attentifs à la pluralité des expertises, des approches disciplinaires, des terrains et des thématiques, les Chantiers féministes mettent au travail les questions de pouvoir et de rapports sociaux de sexe telles qu’elles influencent nos métiers et le travail de recherche. 

Le séminaire mensuel est conçu comme un espace polymorphe dédié tant à la production de recherches et d’analyses qu’aux échanges et à la (co- et auto-)formation sur l’histoire et les ressources pratiques et théoriques de la recherche féministe. Il se décline en trois formats : des séances exploratoires construites comme des demi-journées thématiques autour d’un corpus de supports variés ; des séances de lecture qui proposent de découvrir et d’arpenter-lire collectivement un/des texte(s) ou un livre ; des séances de rencontres-discussions avec des autrices d’ouvrages récents ou de recherches majeures dans le champ des des études de genre et des études féministes. 

Les séances exploratoires et celles dites de lectures sont ouvertes aux membres, affilié·es et correspondant·es, du Centre Norbert Elias.
Les séances de rencontres-discussions sont ouvertes à toutes personnes intéressées (sur inscription préalable. Un lien sera communiqué ultérieurement.

Coordination : Stéphanie Fonvielle (Sciences du langage, Aix-Marseille-Université), Perrine Lachenal (Anthropologie, CNRS), Céline Lesourd (Anthropologie, CNRS).
Pour toute question : chantiersfeministes@centrenorbertelias.fr

Programme

 

18 octobre 2023 (9h30-12h30)
Féministes, à vos labos !
Cette séance exploratoire, conçue comme une demi-journée d’étude, sera l’occasion, outre de poser ensemble les jalons de l’année à venir, de réfléchir collectivement – à partir de l’écoute d’un podcast –  à nos vies professionnelles et à nos expériences de recherche, d’enquête et d’encadrement au prisme des rapports sociaux de sexe.
Séance préparée par Stéphanie Fonvielle, Perrine Lachenal, Céline Lesourd, linguiste et anthropologues.
Salle de réunion du Centre Norbert Elias, La Vieille Charité, 3e étage

 

7 novembre 2023 (9h30-12h30)
Je suis une fille sans histoire d’Alice Zeniter
Cette séance de lecture repose sur l’arpentage de l’ouvrage d’Alice Zeniter. Quelle est la place dans les histoires et la littérature laissées aux personnages féminins et à la représentation de leur corps ? Alice Zeniter déconstruit le modèle du héros et révèle la manière dont on façonne les grands récits depuis l’Antiquité. De la littérature au discours politique, elle raconte les rouages de la fabrique des histoires et le pouvoir de la fiction.
Séance préparée par Perrine Lachenal et Lucille Florenza,anthropologues.
Salle de réunion du Centre Norbert Elias, La Vieille Charité, 3e étage

 

1er décembre 2023 (14h00-17h00)
Recherche et engagement. Controverse autour du droit coutumier kanak : des anthropologues « en folie » ?
Séance de rencontre et de discussion avec Christine Salomon, anthropologue. Les recherches de Christine Salomon portent sur les transformations des rapports sociaux de sexe en Nouvelle Calédonie, intégrant dans un même cadre critique différents ordres de domination – genre, race, classe et âge – et s’intéressant aux formes de résistance des femmes. Au milieu des années 2010, à l’occasion de l’élaboration d’un droit coutumier kanak patriarcal, la question s’est posée d’une reconnaissance de la culture kanake qui ne se fasse pas aux dépens des droits des femmes et c’est à partir de cette question, qui peut être élargie à d’autres contextes,  que nous débattrons. 
Séance préparée par Christine Demmer, anthropologue.
EHESS Campus Marseille, La Vieille Charité, 2e étage, salle B.

 

12 janvier 2024 (9h30-12h30)
Sambre. Radioscopie d’un fait divers d’Alice Géraud
Cette séance de lecture repose sur l’arpentage de l’ouvrage d’Alice Géraud. Sur les rives de la Sambre, à la frontière franco-belge, des viols et agressions sexuelles ont été commis par un même homme durant trente ans. Alice Géraud, journaliste, commence en 2018 une enquête qui explore, entre autres, la responsabilité des institutions dans la perpétuation des violences sexistes et sexuelles.
Séance préparée par Aziliz Kondracki, anthropologue.
Centre international de poésie de Marseille, La Vieille Charité, rez-de-chaussée.

 

19 janvier 2024 (9h30-12h30)
Sambre. Radioscopie d’un fait divers
Séance de rencontre et de discussion avec Alice Géraud, journaliste, autour de l’ouvrage consacré à l’enquête qu’elle a menée, pendant 4 ans, sur ce qui a rendu possible la multiplication d’agressions sexuelles par un même homme sur un tout petit territoire pendant 30 ans. La rencontre sera l’occasion de discuter plus largement du thème de l’enquête, comme forme de recherche et d’écriture.
Séance préparée par Aziliz Kondracki et Corentin Legras, anthropologue.
Préau des Accoules, 29 Montée des Accoules, Marseille 2e.

 

8 février 2024, 9h30-12h30
Féminisme et sciences exactes
Cette séance exploratoire, conçue comme une demi-journée d’étude, questionnera comment le champ scientifique s’organise autour d’une ligne de démarcation qui distingue les sciences « sociales » des sciences dites « naturelles ». Puisque l’on accorde toujours à ces dernières le privilège de donner pour « vrai » ce qu’elles décrivent, il est essentiel que des analyses en termes féministes se multiplient en leur sein.
Séance préparée par Dorothée Dussy et Perrine Lachenal, anthropologues.
Centre international de poésie de Marseille, La Vieille Charité, rez-de-chaussée.

 

22 mars 2024, 9h30-12h30
Familles transnationales entre la Colombie, l’Espagne et la France : care et recompositions des rapports de genre à partir d’une enquête multi-située
Séance de rencontre et de discussion avec la géographe et anthropologue Polina Palash qui sera consacrée aux pratiques de soin intergénérationnelles dans les familles transnationales colombiennes, en les abordant au prisme du genre. Elle s’appuie sur une ethnographie multi-sites menée avec des membres de différentes générations, en Colombie, en Espagne et en France. L’intervention s’ancrera sur les récits de femmes puisque ces dernières jouent un rôle prépondérant dans la manière dont les pratiques de soins sont organisées dans les familles, notamment du fait de l’absence d’hommes dans leurs réseaux familiaux et du fait qu’elles occupent en Europe des métiers féminisés.
Séance préparée conjointement par les coordinatrices des séminaires « Mobilités et appartenances » et « Chantiers féministes » du Centre Norbert Elias.
MucemLab, Mucem, Marseille (entrée par la tour du Roi René).
Ouvert à toutes personnes intéressées sur inscription préalable.

 

9 avril 2024 (14h00-17h00)
Écrire en féministes II
Cette séance exploratoire, conçue comme une demi-journée d’étude, abordera la thématique du féminisme à travers la question de l’écriture de recherche. Elle s’inscrit dans la continuité du précédent atelier exploratoire, “Ecrire (en) féministes I” (mai 2023), et propose de réfléchir  à nos pratiques quotidiennes (du choix de ses références bibliographiques à la présentation de la bibliographie en passant par une réflexion sur le style, et le ton, de l’écriture).
Séance préparée par Stéphanie Fonvielle & Céline Lesourd, linguiste, anthropologue.
Centre international de poésie de Marseille, La Vieille Charité, rez-de-chaussée.

 

7 juin 2024 (9h30-12h30) 
Visibilité(s) des femmes, pratiques historiennes
Cette séance exploratoire conçue comme une journée d’étude permettra de questionner la/les visibilité(s) des femmes dans les sources historiques et les pratiques historiennes qui en découlent.  Après une introduction générale permettant un bref état historiographique, deux recherches en cours seront exposées et mises à la discussion. Il s’agira ainsi d’interroger de façon plus large ce que l’approche féministe fait à l’histoire et inversement.
Séance préparée par Fleur Beauvieux et Isabelle Grangaud, historiennes.
Lieu à préciser.

 

4 juillet 2024 (horaire et lieu à confirmer)
Se battre pour sa santé: les mobilisations des nourrices contre la syphilis à la Belle époque
Séance de rencontre et de discussion avec l’historienne Clyde Plumauzille (Centre Maurice Halbwachs, EHESS/ENS) qui présentera son travail en cours sur les plaintes de nourrices de l’assistance publique pour contamination syphilitiques. Des dossiers provenant des archives de l’assistance publique à Paris et à Lyon sont le point de départ de la reconstitution des trajectoires de ces femmes et l’appréhension des risques sanitaires auxquels elles sont exposées.
Séance préparée par Fleur Beauvieux et Isabelle Grangaud, historiennes.
Ouvert à toutes personnes intéressées sur inscription préalable.

Les ouvrages choisis pour les séances de lecture sont disponibles au Centre de documentation en sciences sociales.