Offre d’emploi : ATER en anthropologie générale et anthropologie de la santé (Aix-Marseille Université)

Aix-Marseille Université recrute un·e ATER en anthropologie générale et anthropologie de la santé.

UFR : AMU ALLSH
Localisation géographique du poste : Aix-en-Provence
Section CNU : 20e section (anthropologie)
Date prévisionnelle de prise de fonction : 01/10/2021
Durée : 11 mois
Quotité : 100%
Département d’enseignement : Anthropologie
Candidature via la plateforme DEMETER : https://demeter.univ-amu.fr/Demeter/
Contact : drh-bureau-enseignants@univ-amu.fr
Date limite : 8 juillet 2021 

 

Enseignements

La demande d’un poste d’ATER est formulée pour faire face aux besoins du Département d’anthropologie en Licence. Ces besoins résultent notamment de la participation du Département d’anthropologie à deux parcours de licence 1 (le portail « Philosophie-Anthropologie-Lettres » et le portail « Sciences Humaines et Sociales ») qui accueillent de nombreux effectifs et comportent une option « Accès santé LAS ».
En outre, l’offre de formation de ce département comprend des UE d’option réservées en Licence 1 comme en Licence 2 aux étudiants de la filière psychologie. Les capacités d’accueil supplémentaires accordées à la Licence de psychologie dans le cadre de la loi ORE ont donc eu indirectement un impact sur les besoins d’encadrement du département d’anthropologie. A titre d’exemple, au cours de l’année 2020-2021, les étudiants psychologues ayant choisi une UE d’anthropologie étaient au nombre de 242 inscrits. L’ATER à recruter interviendra donc avant tout dans ces UE d’option et de portail pour répondre aux besoins d’encadrement, tout particulièrement en première année de Licence.
En complément de ces enseignements, la personne recrutée devra s’investir dans des UE où les besoins potentiels sont forts. Il ou elle viendra par ailleurs en appui aux étudiants optionnaires « santé » de la filière.

Les UE où l’ATER interviendra :
– en L1 : à l’UE Façonnements sociaux du Biologique.
– en L2/L3 : aux UE Anthropologie de la santé ; Anthropologie des migrations ; Anthropologie du Maghreb.
En Licence SHAE, I’ATER pourra participer aux enseignements de méthodologie générale et d’initiation à l’enquête ainsi qu’aux enseignements de pré-professionnalisation.

 

Parcours en anthropologie de la santé

Le recrutement d’un.e ATER est donc doublement important pour le département d’anthropologie : il répondra aux besoins d’encadrement des effectifs en Licence comme mentionné ci-dessus ; il viendra en outre renforcer les forces vives du département, mises en difficulté de façon conjoncturelle par l’absence d’une maîtresse de conférences en congé maladie. Dans cette optique, l’apport que constituera le recrutement d’un·e ATER permettra de dégager des moyens au sein de l’équipe pédagogique des enseignants-chercheurs titulaires qui pourront s’investir au niveau du MASTER. L’absence d’un membre du département rend en effet problématique la continuité du service dans la spécialité « anthropologie de la santé » dans un contexte où le recrutement de chargés de cours en anthropologie s’avère extrêmement difficile. Le parcours « anthropologie de la santé » du Master d’anthropologie (PT3) est stratégiquement très important pour le département et l’UFR ALLSH, dans la mesure où il est attractif pour les étudiants, d’une part, et d’autre part, considérant que sa pertinence s’est encore renforcée cette année avec la crise du Covid 19 et les demandes spécifiques de contributions scientifiques dans ce domaine. En outre, le fonctionnement du PT3 implique un réseau interdisciplinaire d’enseignants-chercheurs et chercheurs incluant des agents de l’IRD, du CNRS, de l’EHESS et de la Faculté de médecine, qui participent aux enseignements du parcours et à la direction des travaux d’étudiants.

 

Recherche en lien avec le Centre Norbert Elias

La personne recrutée recrutée devra inscrire ses perspectives de recherches au sein du Centre Norbert Elias dans l’axe « Écologies et soins ». Cet axe rassemble notamment des anthropologues qui travaillent sur des enjeux écologiques et sanitaires. Les chercheurs de cette thématique envisagent les questions d’environnement et de santé de manière conjointe, sous l’angle de leur façonnement social et historique sans dissocier les mondes vivants. Les travaux de recherche du ou de la candidate recruté·e doivent porter sur des enjeux « globaux » de type alimentaires, agro-écologiques ou des enjeux épidémiques en pratiquant une ethnographique inscrite dans un monde social de la santé et du soin bien circonscrit (Afrique, Europe ou Asie). Un intérêt pour la mise en récit sous forme d’exposition de sujets de société autour des enjeux alimentaires ou épidémiques permettrait à la personne recrutée de s’intégrer dans différents projets en cours, notamment avec le MUCEM.

Georges Guille-Escuret, un anthropologue dans la Nature

Nous avons l’immense tristesse de vous annoncer la disparition de notre collègue et ami Georges Guille-Escuret emporté la semaine dernière par une leucémie foudroyante.

Sa double formation en éthologie (il était un spécialiste des termites) et en anthropologie des techniques (du monde viticole notamment) faisait de lui un chercheur hors normes dans les secteurs des sciences humaines et sociales. Son immense érudition n’avait d’égale que son implacable exigence intellectuelle qu’il mobilisait pour attaquer les grandes questions de l’anthropologie comparative – celle du cannibalisme notamment, à laquelle il consacrera toute une série d’ouvrages – mais aussi pour être l’homme de son temps, celui qui pourfendait les réductionnismes les plus patents de notre époque ; le sociobiologisme, le cognitivisme ou le culturalisme. Son influence en archéologie mais également dans le secteur du développement agricole, de l’anthropo-technologie ou de l’épistémologie critique est cruciale et encore à venir. (suite…)

Hommage à Yves Jeanneret

C’est avec une immense tristesse que nous avons appris le décès de notre collègue et ami Yves Jeanneret, professeur en Sciences de l’Information et de la communication à l’Université d’Avignon à la fin des années 2000, membre du comité scientifique international de Culture et Musées et collaborateur fidèle de la revue.
Yves était d’une intelligence rare et d’une grande culture, et son rayonnement humain et scientifique va manquer à tous, bien au-delà du monde académique ou du seul périmètre des sciences de l’information et de la communication. Il laisse une œuvre foisonnante qui continuera durablement à nourrir nos réflexions et à orienter nos débats. Chacun a envers lui sa propre dette de lecture, et pourra la confronter à d’autres dans le partage d’une science en marche.

(suite…)

Jean-Claude Chamboredon (1938-2020)

Nous apprenons la disparition d’une des figures fondatrices, aux côtés de Pierre Bourdieu et de Jean-Claude Passeron, d’un des courants sociologiques majeurs du XXe siècle en France. Jean-Claude Chamboredon, maître-assistant de sociologie à l’École normale supérieure, puis élu directeur d’études à l’EHESS en 1989 sur un programme d’enseignement et de recherche consacré à la sociologie de la socialisation, a formé plusieurs générations de sociologues qui, aujourd’hui, sont au cœur de la recherche en France. (suite…)