Camilo Leon Quijano rejoint le projet COESO

Camilo Leon Quijano est photographe, anthropologue et docteur de l’EHESS. Il rejoint le Centre Norbert Elias pour deux ans dans le cadre de COESO, un projet de recherche consacré au développement d’une démarche de science citoyenne dans les sciences humaines et sociales, avec pour principaux partenaires l’EHESS et OpenEdition Center.

Les nouvelles formes de recherche et de narration (film, photographie, son, dessin, etc.) et la manière dont elles peuvent s’inscrire dans l’espace public, seront au centre de sa réflexion. Outre les activités impliquant la création d’un environnement d’apprentissage commun à toutes les parties prenantes du projet, Camilo conduira une enquête ethnographique à Lisbonne sur les transformations urbaines induites par le tourisme de masse. Il y mettra en pratique la même approche sensorielle, médiatisée et participative, et travaillera en lien avec la Fabrique des écritures (Centre Norbert Elias, Marseille) et Centro em Rede de Investigação em Antropologia (Lisbonne).

 

Hommage à Sandrine Musso

Hommage à Sandrine Musso

Sandrine,
Tu étais la première à t’indigner face à la maladie et l’injustice. Toujours brillante par ton sourire, tes mots, tes analyses, tu défendais la cause de celles et ceux qui souffrent. Ton engagement pour la vie des autres a été si injustement remercié…
Le Centre Norbert Elias est en deuil et nous t’accompagnons, esseulé·es.
(suite…)

Georges Guille-Escuret, un anthropologue dans la Nature

Nous avons l’immense tristesse de vous annoncer la disparition de notre collègue et ami Georges Guille-Escuret emporté la semaine dernière par une leucémie foudroyante.

Sa double formation en éthologie (il était un spécialiste des termites) et en anthropologie des techniques (du monde viticole notamment) faisait de lui un chercheur hors normes dans les secteurs des sciences humaines et sociales. Son immense érudition n’avait d’égale que son implacable exigence intellectuelle qu’il mobilisait pour attaquer les grandes questions de l’anthropologie comparative – celle du cannibalisme notamment, à laquelle il consacrera toute une série d’ouvrages – mais aussi pour être l’homme de son temps, celui qui pourfendait les réductionnismes les plus patents de notre époque ; le sociobiologisme, le cognitivisme ou le culturalisme. Son influence en archéologie mais également dans le secteur du développement agricole, de l’anthropo-technologie ou de l’épistémologie critique est cruciale et encore à venir. (suite…)